Plein écran sur le 39e Cinemed

mardi 17/10/2017 - mis à jour le 10/11/2017 à 15h14

Montpellier accueille du 20 au 28 octobre la 39e édition de son festival de cinéma méditerranéen. Avant premières, courts métrages, documentaires, rétrospectives : tous les formats cinématographiques sont à l’affiche partout dans la ville.

Montpellier se prépare à devenir la capitale du cinéma méditerranéen à l’occasion de la 39e édition du Cinemed, dont la cérémonie d’ouverture aura lieu le vendredi 20 octobre. Une édition 2017 particulièrement attendue au vue de la qualité des invités et de la programmation proposée par les organisateurs cette année. Le festival, après avoir mis en lumière la Tunisie l’année précédente, s’intéresse au renouveau du cinéma algérien et notamment sa jeune garde de réalisateurs. Durant cette semaine de multiples réalisateurs, producteurs et acteurs seront présents pour présenter leurs œuvres au cours des différents événements organisés dans tous les cinémas de la ville.

Une compétition acharnée pour décrocher l’Antigone d’Or

Cette année le jury qui récompense le meilleur long-métrage, présidé par l’actrice Aure Atika (La vérité si je mens, Comme t’y es belle...), doit déterminer lequel des neuf films en compétition mérite de remporter l’Antigone d’Or du meilleur film. Une sélection parmi laquelle on retient notamment Les Bienheureux de Sofia Djama avec Sami Bouajila, mais également le premier long-métrage de Mariam Khatchvani : Dede. On notera aussi le troisième film de la palestino-américaine Annemarie Jacir qui présente Wajib. Un long métrage où l’on accompagne un fils et son père pratiquer la coutume palestinienne du « Wajib », de délivrer directement aux proches les invitations de mariage.

Il ne faut pas oublier non plus les films hors-compétition comme la très attendue avant-première de Tout nous sépare réalisé par Thierry Klifa dont le tournage s’est déroulé à Sète. On y retrouve l’immense Catherine Deneuve, Diane Kruger ou encore le rappeur Nekfeu, rien que ça ! Ce n’est pas la seule avant-première que l’on pourra retrouver lors du Cinemed, puisque l’on regardera également avec attention le nouveau film d’un habitué du festival, Robert Guédiguian, avec La villa. Autre long métrage très attendu celui de Karim Moussaoui En attendant les hirondelles, avec la présidente du jury, Aure Atika, dans une triple histoire au cœur de l’Algérie contemporaine.

On ne peut pas non plus rater un des événements majeurs du festival méditerranéen, la présence du duo de réalisateur Olivier Nakache et Eric Toledano. Une rétrospective de leur filmographie a lieu toute la semaine, avec notamment leur nouveau film Le Sens de la fête. Il sera également possible de rencontrer les réalisateurs à l’occasion de la « carte blanche » qui leur est attribuée, où ils présenteront un film d’Ettore Scola : Nous nous sommes tant aimés.

JPEG - 12.6 ko
Tout nous sépare, un des films les plus attendus du Cinemed.

Crédit : ©Allociné

Des documentaires, court-métrages et rétrospectives pour tout les goûts

Au sein de cette 39e édition, les courts métrages sont d’une grande variété, que ce soit de pays, de durées mais également de formes (fictions, animations, dessins au trait…). La sélection officielle comporte vingt-et-un courts métrages en compétitions et douze en panorama. Parmi eux, le très attendu Retour à Genoa City réalisé par le français Benoît Grimalt. Quelques films d’animation seront également présentés, tels que Dead Horses, Cinq ans après la guerre ou encore Estilhaços, même si les fictions restent plus nombreuses.

Grande nouveauté cette année : la compétition est ouverte aux documentaires courts. Huit films documentaires sont en compétition, allant du film ethnographique à la fiction, en passant par des documentaires plus intimistes, familiaux ou encore expérimentaux. De vraies propositions de cinéma ont été sélectionnées, ce qui permet de découvrir quelques raretés. Notamment Radio Kobani, du hollandais Reber Dosky, qui offre une réflexion sur la géopolitique et l’actualité en Syrie.

Une rétrospective sera consacrée à Merzak Allouache, engagé pour l’Algérie depuis longtemps. Un hommage à Dominique Cabrera, d’origine algérienne, sera également organisé avec une présentation non chronologique de son parcours à travers ses films, dont Corniche Kennedy. Les films du regretté Manuel Pradal, découvert par le festival, seront également mis à l’honneur, dont Marie baie des anges. Une rétrospective des films de Fernando Trueba, qui a un statut à part dans le cinéma espagnol, sera aussi présentée (La Reine d’Espagne, Cousine je t’aime, La fille de tes rêves...).

Une édition qui va nous en mettre plein les yeux.

Programme complet et inscriptions ici

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Culture //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook

Haut Courant sur Twitter